ARCHIVE THEATR KRITIKS

 

 

La Résistible ascension d'ARTURO UI

Comédie Française

programme             dossier

 

 texte: cela ne convainc pas  on ne sait trop pourquoi, une machine scénique trop lourde, cette toile d'araignée, plateau incliné, plutôt une bonne idéee, mais cela bloque les déplacements, la lisibilité, les personnages sont trop compacts, pas assez distincts, engoncés, le contact avec le public n'est bon que lorsque les filles s'en moquent, et elles le font bien, mais l'ensemble est  paradoxalement sans message. Brecht parlait actualité, il recherchait une prise de conscience actualisée, ici  on en reste à l 'historique, juste ce cher Hitler et ses amis gangsters à la mode ancienne, c'est loin, bien trop loin de notre actualité, et de nos gangsters en cours de représentation.

Arturo Ui a permis des mises en scène exceptionnelles, (celle du Berliner), un acteur s'est illustré  particulièrement, Tadeusz Łomnicki, autrefois en Pologne, (Voies de la création théâtrale tome 2) Il  y en a eu bien d'autres, tellement cete pièce est une référence, peut être la pièce est elle devenue trop historique, alors il faudrait la bousculer, car Brecht y recherche le cirque, le contact direct, la réflexion, pas pour hier mais pour aujourd'hui (elle est aussi drame obscur très inspiré du  Richard III de  Shakespeare)

Curieux, dans le métro un homme un peu âgé continuait la discussion sur la mise en scène et les acteurs, il parlait avec  passion et connaissance, puis soudain, quand un passager s'est levé, j'ai vu qu'il parlait seul, j'étais persuadé qu'il parlait à sa femme, mais la place était vide, la femme  absente, étrange continuation du théâtre, comment restituer cette intensité, la solitude de ce monsieur ainsi que ses hallucinations, peut être une piste pour un metteur en scène futur

 au coeur du texte, le comique de Brecht et la structure de la langue allemande qui permet ainsi de dire

            " Moi qui mon chariot de choux fleurs  Conduit "(Führen), avec ce Führen ainsi rejeté et qui renvoie au fameux Führer, le dirigeant,  et qui le rend grotesque.


 

 

 

expo Manifesto aux beaux arts de Paris

 

par Julian Rosefeld, on ne peut que saluer une tel travail , bien sûr la présence de Kate Blanchett et ses métamorphoses, surtout dire que l'ensemble des panneaux présentés forme une réelle scénographie vidéo, qualité des environnements choisis pour chaque manifeste, on ne découvre que peu à peu qu'il y a une synchronisation des effets se répondant en un choeur final. manque de moyen pour la plaquette si riche des contenus.

palais des Beaux arts Paris

 

    Théâtre 

Croissance Reviens à PARIS

au théâtre du Gouvernail                 tous les jeudis soir à 19h du 9 février au 27 avril

5, Passage de Thionville 75019 Paris Métro : Laumière / Ourcq / Crimée  http://theatredugouvernail.fr/billeterie/croissance-reviens/ 

Croissance Reviens ! est un « One-M€$$€-Show » mêlant théâtre participatif et humour corrosif. Oscillant entre le show et la messe, le PAP'40 de l'Eglise de la Très Sainte Consommation accompagné du Cardinal Triple A, envoûte l'audience pour célébrer le Dieu Argent avec des prières et des chants, faire revenir la croissance, exorciser les vilains écolos et  sauver les riches.

                 Aurélien Ambach Albertini  http://www.compagnietriplea.fr/   06 82 17 37 82compagnie triple aaa

après une Cérémonie des doigts d'or , en présence de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon

 

 

Aurélien Ambach Albertini  http://www.compagnietriplea.fr/   06 82 17 37 82

 

 

 

la recherche  Proust Warlikovski

 novembre à Chaillot : Les Français, 

                                         d'après Le temps retrouvé de Marcel Proust

                     spectacle de Krzysztof Warlikowski,

 

D'abord dire qu'il est fidèle, tout ou presque vient directement de roman, sans ajout, si les gens sont surpris c'est qu'ils ont mal lu, le spectacle s'appuie sur les analyses des conflits entre les personnages, jalousie du narrateur face aux désirs lesbiens d' Albertine, conflit Morel/Charlus, (fameuse scène de rupture chez les Verdurin), conflit Rachel /Robert de Saint Loup, fidélité à la chronologie, les titres des romans sont énoncés et les séquences correspondent.

Sauf une évocation bien trop virulente sur l'europe et la guerre pas du tout dans la tonalité de Proust, d'où tirent-ils ces vociférations?

A côté de moi, des spectateurs s'étonnaient de l'omniprésence de l'homosexualité et aussi des conflits si virulents entre les personnages, mais c'est l'oeuvre de Proust, étonnante revendication en ces années 20 de l'homosexualité,  ses réflexions si multiples et contrastées sur l'amour et le désir, mais aussi sur l'antisémitisme et sur la guerre et le nationalisme. Commencer le spectacle par la venue de Dreyfus est un juste choix, car cet épisode a bouleversé toute la société française, et l'antisémitisme du duc et de la haute société est insupportable dans la manière dont Proust nous le jette à la figure. De même avec la guerre, le dernier tome publié "Le temps retrouvé" est publié juste après,  tout le roman est bouleversé par la guerre,  la guerre est dans le jardin, Combray devient Verdun, et Proust en direct sape les arguments nationalistes, pariant même sur l'oubli du mot "boche" , il témoigne d'un Paris bombardé et des soldats en permission plaqués à la vitrine des restaurants où de riches nationalistes s'empiffrent.

Les acteurs sont justes dans leurs corps et dans leurs voix, des effets soft de musique et de vidéo,  très beau passage de violoncelle  correspondant au concert de Morel

Warlikowski déroule sa grammaire, cubes coulissants, miroirs, le dispositif renvoie à celui de Phèdre conçu et réalisé en même temps, d'où une fin très logique sur  un monologue de Phèdre par Rachel qui est aussi la fin du roman.

Pas apprécié des danses trop suggestives et des moments bien vides, des costumes un peu trop sobres et bien pauvres, mais peut on rivaliser avec les descriptions  de Proust?

Donc plutôt une intéressante tentative qui témoigne d'une réelle lecture par un metteur en scène  polonais de cette oeuvre et, dit il , son éloignement culturel lui permet justement de prétendre à cette approche,

 Si je la trouve juste, il  manque néanmoins la dimension de la mémoire,  ces retours en arrière fulgurants, où Proust et son narrateur échappent justement aux contradictions du désir, pour se retrouver une âme hors du temps, reliant passé et présent, et qui lui parait le vrai temps, celui  de l'oeuvre d'art.

Il manque aussi la dimension du RITZ,  où Marcel Proust aimait à se réfugier " L'écrivain a fait de la salle à manger du Ritz, où il dîne en manteau de fourrure, son poste d'observation favori pour décortiquer la haute société parisienne. Il peut jouir à l'étage d'un salon particulier pour coucher ses notes ou réflexions sur papier, à l'abri du monde, et parfois grignoter un gigot. Sur son lit de mort, l'auteur de La Recherche du temps perdu demande à son chauffeur d'aller lui chercher une bière frappée au Ritz, qui arrivera à temps avant son dernier soupir." Ce qui est une toute autre mise en sçène. (article de M Fourny, dans le Point 06.2016)

Ajouter aussi que les metteurs en scène d'oeuvres en langue étrangère doivent réfléchir aux systèmes de traductions proposés, il y a suffisamment de moyens techniques pour faire mieux que cette bande au dessus des têtes qui ici forçaient le public à quitter constamment le jeu de scène et qui chez  Wilson était presque illisible; il faut saluer le public qui ici en plus devait avoir une assez bonne connaissance de l'oeuvre  pour s'y retrouver,

à lire donc le début de A la recherche du temps perdu , début de la seconde partie

 

                                        voir aussi la critique de monsieur JP Thibaudat

 

 

décès de Andrzej WAJDA, un grand réalisateur polonais de cinéma et de théâtre

rappelons KATYN pour ceux qui ignorent cette ignominie historique

 

 

 septembre 2016

FAUST    de Goethe  par BOB WILSON Berliner Ensemble au Chatelet, musique de Herbert Grönemeyer, une musique à l'opposé de la Boulez connection, merci les allemands

Bob Wilson élabore une grammaire des corps, ah ces changements fluides en ombres chinoises qui deviennent des ballets, magnifique musique, magnifiques chants, par des acteurs qui savent tout faire, une troupe sans égale, un diable tellement fabuleux, Christopher Nell, qu'il n'est plus cité nulle part sur internet!  et les critiques de dire juste que c'était  trop parfait!

problème tout de même pour la lisibilité des traductions, le texte méritait d'être compris,

moralité relisez l'URFAUST

images voir le Monde qui consacre un portfolio à ce spectacle

 

Les Frères Karamazov, Frank Castorf • la MC93 à Bobigny

 

Comme si on réinventait le théâtre et l'art de jouer! Il faudrait saluer le lieu proposé et aménagé par H. Archambeau, une immense batisse de 150m, un dispositif étagé de lieux plus ou moins masqués, les acteurs jouent constamment filmés, parties cachées et filmées rejoignant bien sûr la vue des spectateurs, un petit bassin empli d'eau sur le devant de la scène dans lequel les acteurs s'immergent et s'aspergent, intensité et qualité du jeu de tous les acteurs, c'est un bonheur de retrouver ainsi une Jeanne Balibar au diapason, avec une telle liberté. Inspiré de Dostoievski, c'est aussi un discours actuel sur une Russie actuelle,  vue par un allemand de Berlin, et c'est décapant, fort, inspiré, un théâtre exceptionnel.

 

Juin 2016 Festival des écoles du théâtre public -   Théâtre de l'Aquarium

                                            

La Mouette Theâtre Odeon  Tchekov Ostermeier

Pour une fois qu'un metteur en scène semble avoir  trouvé une proposition heureuse.

et pour une fois dans Wozzeck un tambour major puissant

 


amy winehouse un film nous rappelle son génie






Ostermeier triomphe à Avignon avec son Richard III, il y a de quoi,






Luca Ronconi nous a quittés

belle page  sur wanderer le monde:  in memoriam Luca Ronconi

orlando furioso les halles

1970 Les Halles juste avant leur démolition accueillent Orlando Furioso de l'Arioste par Luca Ronconi:  des chevaliers sur des chevaux roulants,  des dragons qui s'envolent et surtout un théâtre éclaté en de multiples scènes  mobiles, des spectateurs debout, surpris et ravis. Le document de l'Ina donne trop l'impression d'un désordre, c'était très organisé, par rapport au texte et par rapport à l'espace.  La sensation la plus nouvelle était celle de ne pas pouvoir maitriser un ensemble, mais de réaliser qu'il y avait des actions simultanées dans tout l'espace.

 

site de Luca Ronconi

 

FESTIVAL DES ÉCOLES DU THÉÂTRE PUBLIC À LA CARTOUCHERIE du 18 au 28 juin 2015 - 6e édition

théâtre de l'Aquarium dont la survie est menacée

theatre aquarium

punk rock

d’après la pièce de Simon Stephens, auteur anglais, mise en scène Cyril Teste
avec les 14 comédiens issus de la promotion 4 (2012-2015) de l’École du Nord : Jeanne Bonenfant,
Ulysse Bosshard, Clément De Preiter Baise, Baptiste Dezerces, Hugues Duchêne, Suzanne Gellée,
Victor Guillemot, Lola Haurillon, Jeanne Lazar, Zoé Poutrel, Lou Valentini, Arnaud Vrech, Haini Wang,
Johann Weber
chef opérateur Nicolas Doremus

 

Un petit miracle de réalisation, de casting , de filmage et aussi de mise en scène/

 

pina bausch

photo de Pina Bausch jeune (pour changer de la Pina agée des documents récents)

 in « Pina » de Walter Vogel chez L’Arche

 

CAMI humour , délices et morgue

Théâtre musical pour spectres et squelettes

2/3avril 2015  Rouen (76) Théâtre de la chapelle St Louis  et critique

un spectacle qui cherche des acheteurs

 

compagnie HP CAMI

CAMI, HUMOUR , DELICES et MORGUE, conception et mise en scène de Nicolas Ducron

d'après un auteur humoriste complètement oublié CAMI, Nicolas Ducron qui n'en est pas à son coup d'essai en invente une vision scènique tout à fait de notre temps, musique rock et chansons, des masques invraisemblables , costumes qui vont avec, l'ensemble est composé avec art, les acteurs de qualité

VOIR Dossier de La Compagnie H3P

à LILLe et dans la région en attendant Paris ?

 

 

 Illusion Comique de Corneille en Hollande à Leyde, mise en scène de Jules Noyons .mai 2014

   

il y a parfois des portes à ouvrir, des rencontres à espérer,  des hollandais jouant Corneille , dans une adaptation en néerlandais de J.Noyons, par des amateurs, oui mais tellement inspirés, capables et bien dirigés, alors dans cette représentation j'y ai entrevu des émotions de théâtre que souvent je ne rencontre pas, j'y ai rencontré aussi le néerlandais,  j'en ai aimé la musique et toute la théâtralité.

   

      Pridamant rentrant dans le théâtre et conduit par Alcandre

  programme    affiche

 

Chéreau Patrice , un hommage sincère 

 

       la fille de ryan 

        film de David Lean , pour les fans de Sarah Miles , un film inégal mais quelle tempete !  des paysages d'Irlande , et Robert Mitchum

 

 j'ai vraiment apprécié ce film justement parce qu'il est réellement un sommet et en même temps un film inabouti. On ressent  que ce film est la suite  de Lawrence d'Arabie, ah l'arrivée du capitaine claudiquant .On y découvre qu'un excellent acteur  ne peut aller contre sa légende, Mitchum est parfait mais pour tout public le connaissant, il peut  difficilement être berné par cette jeune femme.

fabuleux personnage du fou, et bien sûr de Sarah Miles,   une immense tempête avecdes effets spéciaux d'une autre époque  mais  o combien travaillée .

   

       Anton Kouznetsov, hommage à la MC 93

 

 

   Avignon 13  quelques observations

 

               Avignon  2012

avignon la nuit le palais pendant le festival

 Avignon la nuit le palais

 

     Simon Mc Burney

  Shun Kin

  Maître et Marguerite de Boulgakov   

 il revient  à Bobigny

 

            Thomas Ostermeier

          Hedda Gabler  à Sceaux 

  UN ENNEMI DU PEUPLE de IBSEN

        les Revenants      à Nanterre                                          

                                                           

AVIGNON 2011

LYON KABOUL THEBES ALLER RETOUR

OEDIPE TYRAN, NEIGES SUR THEBES     Mathias Langhoff Evelyne Didi, Shaghayegh Beheshti

         Théâtre AFTAAB Kaboul /  ENSATT LYON

 

 

 Festival-des-Ecoles-du-Theatre, 3ème édition 2012

 FESTIVAL DES ÉCOLES DU THÉÂTRE PUBLIC  2011

 

       UBU ENCHAINE ALFRED JARRY            évocation d'une fameuse mise en scène jouée par étudiants de 1969

 

 

         LULU Wedekind

  Robert Wilson

 

     Théâtre de la Ville du 4 au 13 novembre 2011
       Berliner Ensemble | Frank Wedekind | Robert Wilson | Lou Reed
       en allemand et en anglais surtitré en français

    

peu de spectacle donne autant un sentiment d'accomplissement

Il y a création d' un objet scénique sophistiqué, incroyable étreinte de voix, de gestes, de mimes, de couleurs et de formes épurées. Maîtrise des signes du théâtre, un très grand Wilson.

une critique très juste "Lulu" par Robert Wilson et Lou Reed : un art du noir et blanc

 

TEATR A PARTEl Nino"   2010 compagnie de theâtre de rue polonaise, vue au  festival d' Aurillac, plus que remarquable, apparemment jamais reinvitée en France, très bon site avec film de représentations

 

Lev Dodine  de Saint Pérersbourg à Bobigny, novembre 2009

   Vie et Destin.   Vania Tchekov

 

Sarah Kane

 

Théâtrales
       
s
ite remarquable du département théâtre de l'université de Montréal,
         comment une université du Québec peut influer les études françaises
          créé par M.Bourassa, le site propose également une liste de discussion très active,

           Glossaire du théâtre. André.G.Bourassa

Chronologie générale du théâtre.André.G.Bourassa

le site Web Queatre, les sites de la liste de discussion

          décès de M André G Bourassa professeur à l'Uquam de Montreal et initiateur de la liste Queatre puis Mascarène,  2011

 

      Antonin Artaud , enfin le lien fonctionne et vous pouvez entendre le fameux enregistrement

       Les malades et les médecins

      à propos d'Artaud découvert lors du cinema du réel le travil exceptionnel deRaymonde Carasco et Régis Hébraud

      sur les Tarahumaras

 

Michel Baudinat  souvenir d'un acteur ami

 

 L’ORIGINE DU THEATRE DE BHARATA  Traduction par René Daumal

 

121.“ Que l’offrande soit constituée par des présents, des libations au feu, des prières et des plantes, des aumônes de nourriture et de boisson.

 

122. “ En allant au monde des mortels, tous vous y recevrez un culte lumineux; mais que nul n’organise de spectacles sans avoir accompli le culte de la scène.

 

123. “ Quiconque organisera un spectacle sans avoir accompli le culte de la scène, son savoir restera sans fruits, et il ira dans la matrice de la bête.

 

124. “ Il vaut un sacrifice, ce culte rendu aux déités de la scène. Aussi doit-il être accompli avec une totale application par tous ceux qui font marcher le théâtre.

 

125. “ L’acteur ou le chef de troupe qui n’accomplira pas ce culte, ou qui ne le fera pas accomplir par ses subordonnés , n’obtiendra que l’avilissement.

 

126 “ Mais celui qui rendra le culte selon le rite et selon la juste vue, il obtiendra des trésors de lumière ... ”

 

 

 


 retour accueil